Une nuit sur le fleuve Jiande

La barque ralentit sa course
et puis s’arrête
dans la brume légère
de la rive.
Quand le soleil tombe
derrière l’horizon,
la nostalgie étreint
à nouveau le cœur.
La plaine désolée,
le ciel sans limites,
juste une rangée
d’arbres nus…
Dans la rivière limpide,
la lune s’approche
tout près de l’homme.

Meng Haoran.

Publicités
Cet article, publié dans Poésie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Une nuit sur le fleuve Jiande

  1. Annick dit :

    La nostalgie étreint à nouveau le coeur

    je cite ces jolis mots de vie!

    belle journée, Haddon.

  2. Haddon dit :

    Merci,

    belles journées à vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s