Ma poésie

La chatte

Comme je suis bien
dans votre chatte !
J’y glisse, j’y viens
et j’y reviens.

Je m’attache à vos seins
en m’enfonçant
dans les profondeurs
de vos chaleurs.

Vos tétons indiquent
les pôles de vos frissons.
Un peu plus loin je m’enfonce
pour enfin ! Etre en vous.

Vous sentez comme ma queue
est combattive et vous rendra
lascive, vidée et remplie de moi.

Demoiselle ardente

De force pour chevaucher
une demoiselle ardente
je n’en manque pas.

Voir sa croupe caressante
et je m’aimante à ses bas.

De ses jarretelles,
je ferais mon poème.
Du noir au blanc,
je la baiserais jusqu’au soir.

De son intérieur,
je referais jaillir tous les vices
dans le plus tendre des supplices.

Caressez vous en pensant
à moi, à eux, à nous.
Aux sources de l’arbre…

Les fesses de l’amante

Vos fesses
sont offertes à mes yeux.

Je m’approche doucement
et commence à les masser.
Votre petit orifice se détend
et il est demandeur le coquin !

D’un doigt, je me présente.
Il m’accueille chaudement.
Vos fesses se mettent à battre la cadence
de vos souhaits afin d’accueillir tout à l’heure
ma pine toute gonflée par vos baisers.

Fellation

Le petit homme dort
et vous saurez le réveiller,
le sortir de son écrin
pour le faire grossir
dans votre bouche aimante

De votre langue
jaillit le frisson
Vous branlez et tétez
ma pine qui s’éveille !
Vous montez puis descendez
ô tendre balai !
Coquine, vous me suçotez
Puis me délivrez.

Entre vos seins
La peau est si douce
Et mon gland
dans votre bouche
s’invite au plus profond
pour se verser
dans votre gorge.

Ô tendre suceuse,
votre gourmandise
est votre devise
et vous ma soumise.

Tendre libertine

Ne portez rien
Douce demoiselle
Promenez-vous
les fesses et la chatte
au vent !

Au vent de mon désir
qui d’un souffle
vous emportera
dans l’au-delà…

Seul le ciel veillera
sur nos ébats.
Mes mains chaudes
et douces
envelopperont le grain de votre peau
d’un manteau de caresses.

Venez Jolie Demoiselle.
Je n’ai point de bureau
juste un port d’attache
d’où par moments,
je m’évade.
Soyez mon amante
mille milliards de fois !

Derrière le bosquet

Regardez ce petit bosquet
j’ai comme une envie
de vous butiner le minou.

De jouer avec votre rose,
de la prendre entre les dents,
de me branler en le faisant.
Que mes mains aiment
la soie de vos bas et la douceur
de votre peau.

Votre jus coule dans ma bouche
et je m’abreuve
comme au berceau.
Je fais de vous ma fontaine
qui trône merveilleusement
dans ce fabuleux tableau.

Mes doigts fouillent votre chatte
mouillée comme l’herbe du matin.
Et je vous sens jouir
contre ma langue
et de vos cris
je fais ma joie.

Lettre à la demoiselle

Vous êtes le poème
de mes pensées
Ma jolie demoiselle
le thème
de mes idées
analytiques, érotiques…
Vous me filez la trique
et j’ai vraiment envie
de vous enfiler
dans un défilé de baisers.
Aimez être désirer
et donner moi votre corps
sans détours.
Je ferais le tour
de votre rubis dans une danse
effrénée à en perdre les sens.
Mon sexe est un dôme,
une île…
Venez dont y amarrer votre chatte,
douce et fraîche comme l’eau vive.

Invitation au plaisir

Comme une envie
de me promener
entre  vos cuisses.
De sillonner
votre pente complice
et de vous donner
mon jus de mélisse.

Comme une envie
de vous sentir
jouir au bout de mon doigt.
De lécher
votre chatte offerte
et de vous pénétrer
de mon sexe dur.